Default profile photo

24 Juillet 2017 | 1er, Av 5777 | Mise à jour le 24/07/2017 à 17h09

29 juillet 2017 - Chabbat Devarim (Chabbat 'Hazon) : 21h16 - 22h31

Rubrique Sport

Sammy Traoré : « A Créteil, j’ai grandi avec des amis juifs »

(Crédit : DR)

Agé de 40 ans, l’ancien défenseur franco-malien de l’OGC Nice et du PSG s’oriente vers une carrière d’entraîneur qu’il démarre aujourd’hui dans le monde amateur au Maccabi Créteil, sa ville natale et de cœur. En exclusivité pour Actualité Juive, il revient sur ce challenge passionnant.

Actualité Juive : Comment vous sentez-vous sur le banc du Maccabi Créteil qui évolue dans le CDM, le Championnat du dimanche matin ?

Sammy Traoré : Je prends énormément de plaisir.  Le poste était vacant, je suis heureux d’avoir succédé à Sébastien Beaudoin. Je prépare actuellement mes diplômes d’entraîneur professionnel. Pour moi, à l’heure actuelle, ce n’est donc que le début. J’essaie d’emmagasiner un maximum d’expérience. C’est une belle aventure, faite de belles rencontres. Ça me plaît bien ! En plus du Maccabi, j’entraîne l’équipe 3 de Créteil, en DSR.


A.J.: Le Maccabi n’est pas un club ordinaire du fait de sa consonance communautaire. Qu’en pensez-vous ?

S. T.: J’en pense que du bien ! Il n’y a aucun problème.  Qu’il s’agisse d’un club juif ou portugais, comme il en existe dans le Championnat du dimanche matin, cela ne reste que du football. Chacun peut observer la religion qu’il souhaite. Mon job est de faire progresser les joueurs, les amener le plus haut possible. A Créteil, j’ai toujours entendu parler du Maccabi.  J’ai grandi avec des amis juifs. Je me suis toujours senti proche de la communauté juive locale. Dans cette ville, la cohabitation entre les différentes nationalités et religions se passe bien. 


A.J.: Dans l’équipe que vous dirigez, tous d’ailleurs ne sont pas de religion juive.

S. T. : Il y a une vraie diversité : des juifs, des musulmans, etc. Le club est ouvert à toutes les religions ! Je sais juste qu’en période de fêtes juives, il n’y a pas d’entraînements (rires).


« Dans le vestiaire, ça rigole et ça charrie »



A.J.: Récemment, vous étiez l’invité de l’émission « Le Vestiaire » sur la chaîne SFR Sport en compagnie de l’ex-joueur Kevin Parienté, qui a mis entre parenthèses sa carrière de footballeur. Sur le plateau, vous l’avez encouragé à reprendre le chemin des crampons à Créteil…

S. T. : Je pense que vu son talent et son âge (29 ans), ce serait un gâchis qu’il arrête le football. Autant qu’il revienne petit à petit à la compétition chez les amateurs…


A.J.: Quelle est l’ambiance dans le vestiaire du Maccabi Créteil. Vos joueurs sont-ils impressionnés par            votre parcours professionnel ?

S. T. : Beaucoup d’entre eux sont supporters du PSG. Donc être en face d’eux, cela les rend encore plus à l’écoute de leur entraîneur. Sinon, on parle beaucoup ballon rond et peu politique. Ça rigole, ça charrie. On est surtout là pour prendre du bon temps.


A.J.: Revenons à votre carrière de joueur. Quels en ont été les meilleurs moments ? 

S. T. : J’en ai beaucoup en liste ! Le fait de porter le maillot de la sélection du Mali, de disputer une Coupe d’Afrique des Nations, de jouer au PSG, à Nice, etc. Le plus enrichissant in fine est d’avoir fait à chaque étape de ma carrière de très belles rencontres. J’ai appris énormément, c’est pour cela qu’aujourd’hui, j’ai cette envie de transmettre. 


A.J.: Des regrets de n’avoir pas goûté à l’arrivée des Qataris au PSG ?

S. T. : Chacun vit avec son temps.  C’est vrai que le club avait moins de moyens quand j’y étais (2006-2011). Cela dit, j’ai connu un Parc des Princes avec une ambiance incroyable, explosive. Cela aurait été évidemment sympa de côtoyer des joueurs comme Ibrahimovic. Mais je n’ai pas à me plaindre. J’étais avec du beau monde avec des Pauleta, Rothen, Giuly, Makelele…

Powered by Edreams Factory