Default profile photo

29 Avril 2017 | 3, Iyyar 5777 | Mise à jour le 28/04/2017 à 14h04

Chabbat A'harémot - Kédochim : 20h54 - 22h09

Rubrique Régions

Le Beth Habad en plein essor

Le local Beth Habad Loubavitch au VIe arrondissement de Marseille. (DR)

vec discrétion et perspicacité, le Beth Habad Loubavitch poursuit son ascension avec une nouvelle génération de délégués jeunes et dynamiques qui s’installent dans plusieurs quartiers de la ville pour raviver le lien avec le judaïsme.

Dans les années 1970, dans cette ville où il n’y avait pas de représentant du rabbi de Loubavitch (zl), la venue du rav Lobkowsky, émissaire du rabbi, donna une impulsion nouvelle au judaïsme marseillais. C’est avec son aide précieuse et son approbation que certains jeunes relèvent le défi aujourd’hui de s’installer dans des quartiers où il n’y a rien ou presque rien, et d’autres dans des quartiers où il ne manque rien.

La liste des délégués du rabbi dans la cité phocéenne, qui travaillent avec abnégation et dévouement pour créer des écoles, des synagogues et des centres d’études, est bien trop longue à énumérer. Les nouveaux délégués méritent une attention particulière car ils sont les garants de l’avenir du judaïsme. Comment recevoir, partager et donner ? Voilà à quoi s’attellent ces jeunes dont le seul but est de transmettre le message de la Torah. Dans le VIIIe arrondissement, l’arrivée du rav Elihaou Altabé du Beth Loubavitch Ahavat Israël a permis de redonner vie au Talmud Torah. D’une poignée d’élèves au début, le Beth Habad accueille après seulement cinq ans d’exercice 50 élèves. L’éducation étant l’une des missions phares des délégués, le centre propose des cours, des activités, des distributions de repas et surtout des ambiances festives pendant les shabbat ou jours de fête. Si dans l’ensemble tous suivent la même ligne de conduite, chacun fait de son mieux pour offrir le meilleur accueil. La tâche est souvent plus difficile lorsqu’il n’y a pas de structure institutionnelle autour. 

En s’installant sur la Corniche dans le VIIe arrondissement, le rav Zalman Bitton a arpenté pendant deux années les rues du quartier pour trouver des résidents juifs. « Je fais, depuis mon installation dans ce quartier, du porte-à-porte pour distribuer des haloth et des bougies de vendredi pour encourager les personnes rencontrées à respecter le shabbat », souligne le rav. Selon lui, environ 3 000 personnes pourraient être intéressées par sa démarche. Comme ses amis Loubavitch, il propose des cours, des activités et des mitzvot comme la pose de mezouza, ou des repas de fête dans le local avec vue sur mer. Depuis, d’autres jeunes, à l’exemple de Yossef Elgrishi dans le VIe arrondissement et Jonathan Bard dans le Ve arrondissement, dament le terrain pour ouvrir leur petit espace à tous ceux qui désirent retrouver leurs racines. Des initiatives salutaires dont les responsables des institutions juives devraient s’inspirer.

Powered by Edreams Factory