Default profile photo

20 Septembre 2017 | 29, Elul 5777 | Mise à jour le 19/09/2017 à 18h07

Rubrique Communauté

Les Institutions Sinaï en fête

Deux galas successifs en dix jours (DR)

La cité Sinaï et l’école Heikhal Menahem viennent de célébrer leurs vingt-cinq et vingt ans. Le rav Yossef Yitzhak Pevzner rappelle les origines de ces deux établissements, devenus des références parmi les écoles juives.

C’est une nouvelle forme de gala que la cité Sinaï et l’école Heikhal Menahem ont inauguré pour fêter leurs 25 et 20 ans. Des galas qui se sont déroulés à l’intérieur même de ces deux établissements afin que, parents et personnel éducatif qui participaient à ces festivités, s’approprient pleinement ces lieux qui sont aussi les leurs. Leur mobilisation s’est ainsi manifestée tant en amont dans les préparatifs qu’au cours de celles-ci. Tous les billets de tombola ont été vendus et l’ambiance révéla une ferveur et une belle émotion. « Celle d’appartenir à la famille Sinaï », résume le rav Yossef Yitzhak Pevzner, directeur des institutions.

Une appartenance qui se concrétise aussi dans les faits. 50% des dons récoltés au cours de ces soirées doivent être consacrés à des projets proposés par les parents eux-mêmes. « Cet argent-là n’entrera pas dans le budget central mais financera des projets liés à l’amélioration des conditions d’accueil et d’étude de nos élèves. Des équipements pédagogiques notamment ». Célébrés à une dizaine de jours d’intervalle (les 17 et 28 mars derniers), les anniversaires de ces deux écoles sont intimement liés.  

En effet, raconte le rav Pevzner, « lorsqu’en 1992, après dix ans d’efforts et de construction pour faire sortir de terre et bâtir la cité Sinaï, nous sommes enfin partis remettre ses clés au Rabbi qui s’était personnellement impliqué pour permettre à ce projet d’aboutir, il nous a dit qu’il ne fallait pas perdre de temps et entreprendre aussitôt la construction d’une autre école. Je ne vous cache pas la surprise absolue qui fut la nôtre à ce moment-là ». Des paroles qui confirment la force visionnaire du Rabbi Loubavitch. Deux ans plus tard, la première pierre de l’école Heikhal Menahem fut posée trente jours après le « Guimel Tamouz », jour du départ de ce monde du Rabbi.  Aujourd’hui, la cité Sinaï compte un millier d’élèves et Heikhal Menahem quelque six cent cinquante. 

Powered by Edreams Factory