Default profile photo

23 Juillet 2017 | 29, Tammuz 5777 | Mise à jour le 21/07/2017 à 12h14

29 juillet 2017 - Chabbat Devarim (Chabbat 'Hazon) : 21h16 - 22h31

Rubrique Israël

Présidentielle : les Franco-Israéliens d'Israël vont aussi devoir faire leur choix

Beaucoup de Franco-Israéliens sont préoccupés par la prochaine échéance. Mais combien se rendront aux urnes le jour J ?

Si le sujet occupe les Franco-Israéliens, leur engagement dans le scrutin reste limité. En 2007, la participation avait frôlé les 19%, avec un véritable plébiscite pour Nicolas Sarkozy. Cinq ans plus tard, le taux de participation retombait sous la barre des 15%, même si le scrutin restait largement favorable au président sortant. 

Difficile aujourd'hui de prédire dans quelle mesure les électeurs d'Israël se mobiliseront pour une échéance qui apparaît cruciale, mais qui reste marquée par une profonde confusion des enjeux et du débat. Seuls les retraités et les actifs les plus récemment installés suivent réellement la campagne sur les médias français. La position des candidats sur Israël et le Proche-Orient reste un critère pour orienter le choix des électeurs. A ce titre, Emmanuel Macron apparaît comme le seul à tenir des propos favorables à Israël, tandis que les autres sont considérés comme plus proches du camp pro-palestinien. 

Si l'électorat franco-israélien penche plutôt vers la droite, il a été ébranlé par les affaires de corruption qui visent François Fillon. La situation sécuritaire et la montée du terrorisme islamiste sont évidemment au cœur des discussions, qui ne trouvent pas de réponse satisfaisante dans le discours des candidats. Quant à la montée de Marine Le Pen, elle partage les électeurs, qui redoutent toujours le positionnement hostile de l'extrême-droite et les propos de la candidate contre la double nationalité. 

Powered by Edreams Factory