Default profile photo

29 Avril 2017 | 3, Iyyar 5777 | Mise à jour le 28/04/2017 à 14h04

Chabbat A'harémot - Kédochim : 20h54 - 22h09

Rubrique Judaïsme

Rabbin Mikaël Journo : pourquoi vous devez transmettre votre judaïsme

Le Rabbin Mikaël Journo (DR)

Le commentaire de la semaine par le Rabbin Mikaël Journo, Rabbin de la Communauté de Chasseloup-Laubat , Aumônier général des hôpitaux de France.

La condition juive dans le monde conduit souvent le Juif conscient de la perpétuation des valeurs de son peuple, à penser et à repenser sans cesse les exigences de la transmission.  Cette dernière devient une ferme résolution de ne rien oublier de ce qui a fait notre histoire, les souffrances, mais aussi l'immensité de la joie de ce peuple qui n'a jamais renoncé à promouvoir un projet de paix pour l'humanité ; sans imposer à celles et à ceux qui ne partagent pas sa foi de se convertir et de se soumettre comme malheureusement de trop nombreuses religions l'ont fait dans le passé, et que certaines souhaitent encore le faire. 

Chaque génération du peuple Juif porte en lui la nécessité d'éclairer toujours plus, le message de la Torah en apportant son « Hidouche », c'est-à-dire sa touche singulière en termes d'interprétation de lecture et de compréhension du sens de la Torah.

Lire le texte de la Torah, étudier avec profondeur le Talmud c'est se les approprier pour en devenir le dépositaire et les relayer à son tour. Le père et le maître sont les acteurs et les garants privilégiés de la transmission. Ils participent de manière différente mais complémentaire à transmettre les valeurs essentielles du Judaïsme. 

Le maître est celui qui indique le chemin du savoir et de la compréhension mais l'enfant sans amour, sans le soutien du père par l'exemple, aura du mal à croiser le maître. Symboliquement, les parents apportent les fondations à l'enfant et le maître permet à la maison de se construire.


Le père-maître

Quelle serait la solidité d'une maison aux fondations friables? Elle aurait une belle apparence, mais sa fragilité apparaîtrait bien vite et les fissures s'y feraient jour. Un père qui enseigne la Torah à son enfant fait plus que d'être un  père, il devient le « père-maître » et relie ainsi l'amour et le savoir. Le Judaïsme se présente sous des formes différentes, bien qu'homogènes, chacun s'efforcera de léguer cette profusion intellectuelle, cette fertilité morale, ce mode de vie, qui répandent l'amour de D.ieu et celui des hommes en concevant des ponts et des passages qui relieront le passé, le présent et le futur  mais aussi dans la différence l'unité du Judaïsme.            

L’éducation, si elle n'est pas la panacée qui supprime tous les obstacles à la pérennité d'Israël, n'en constitue pas moins une condition essentielle.

Laisser croire que le judaïsme sans connaissance ni pratique peut survivre simplement à un sentiment d'appartenance est un risque qui est difficile à prendre. Le Talmud Taanit (23a) raconte qu'un jour Honi Haméaguel  marchait sur une route et vit un homme qui plantait un caroubier.

 Combien d'années faut-il pour qu'un caroubier porte des fruits? lui demande Honi.

-Soixante-dix ans, lui répond l'homme

-Est-il évident pour toi que tu vivras encore soixante-dix ans, pour  pouvoir manger de ses fruits? l’interroge Honi

- Dès ma jeunesse, répond l'homme, j'ai trouvé des caroubiers : mes ancêtres en ont donc planté pour moi ; de la même façon j'en plante pour mes enfants".

Powered by Edreams Factory