Default profile photo

25 Juin 2017 | 1er, Tammuz 5777 | Mise à jour le 23/06/2017 à 12h34

1er juillet 2017 - Chabbat 'Houkat : 21h39 - 23h03

Rubrique Sport

Football : Le PSG peut-il s’en remettre ?

L’humiliante défaite sur la pelouse du FC Barcelone (6-1), synonyme d’élimination en huitième de finale de Ligue des champions, est loin d’avoir été digérée du côté des supporters du club de la capitale. Comme en témoignent pour notre journal David et Yonel.

La soirée du mercredi 8 mars dernier, Yonel Ohayon n’est pas près de l’oublier de sitôt. Abonné aux tribunes du Parc des Princes depuis 1985, ce quadragénaire a vécu un véritable cauchemar en visionnant avec des amis le huitième de finale retour de Ligue des champions entre le FC Barcelone et le PSG, trois semaines après le récital de son équipe (4-0) face à Messi, Neymar et Suarez. « La fin du match au Camp Nou était irrespirable, surtout à 5-1 », raconte-il encore aujourd’hui d’une voix agacée. « Je suis parti prendre l’air, poursuit-il. La dernière minute de la partie, théâtre du sixième but catalan, je l’ai vue sur le trottoir d’un café. J’étais terrifié, presque dans un état second ». Impossible évidemment pour lui de dormir, une fois rentré chez lui. « A peine une heure de sommeil. Pas plus », glisse-t-il. Les jours suivants, lui qui a l’habitude de lire la presse sportive ou de regarder les chaînes d’info, s’est volontairement coupé du monde. « Je ne voulais rien entendre. J’essayais dans ma tête de penser à autre chose mais je n’y arrivais pas ». Aujourd’hui, Yonel Ohayon tente d’« expliquer l’inexplicable ». 

« L’arbitrage était scandaleux, note-il d’un ton énervé. Mais ce qui est le plus scandaleux dans l’histoire, c’est le manque de concentration des joueurs qui ont a priori l’expérience de ce type de rendez-vous continental. Quelle faute professionnelle ! Impardonnable ! Pourquoi n’ont-ils pas cherché dans les ultimes instants du match à perdre du temps ou à faire des fautes ? Le PSG ne peut s’en prendre qu’à lui-même. La moindre des choses maintenant est que l’équipe enchaîne les victoires et remporte un cinquième titre consécutif en Ligue 1 ». Et là encore, rien n’est fait. A neuf journées du baisser de rideau, c’est Monaco qui occupe le fauteuil de leader, avec trois points d’avance sur le club de la capitale.

La vingtaine, et lui aussi féru du PSG, David Afriat pronostiquait au départ sur un succès du Barça dans l’enfer du Camp Nou. « 2-1 voire 3-1 maximum mais personne ne s’attendait à une qualification espagnole », souffle-t-il. Pour lui, les Catalans ont réussi l’impossible, bien aidés par l’arbitre. Oui mais voilà, « Paris n’a jamais été au niveau ». Le but d’Edinson Cavani, qui a réduit le score à 3-1, était pourtant de nature à rassurer bon nombre de supporters parisiens à l’instar de David. « A ce moment-là, je me disais dans ma tête : "on est officiellement qualifiés" ».  Même à 4-1 pour les locaux, « il n’y avait pas de quoi être affolés ». C’est à 5-1 qu’il s’est mis sérieusement à s’inquiéter avant de s’effondrer devant son écran lors du sixième but inscrit dans les ultimes secondes. « J’étais à la fois déçu et triste », résume-t-il sobrement. Comment appréhende-t-il la suite de la saison ? « Quand on s’appelle le PSG, le minimum est de gagner le titre et les deux coupes nationales. Si ce n’est pas le cas, alors il faudra s’attendre à des changements de joueurs et à un nouveau staff technique durant l’intersaison », conclut-il. 

Powered by Edreams Factory