Default profile photo

23 Septembre 2017 | 3, Tishri 5778 | Mise à jour le 20/09/2017 à 12h11

Rubrique Communauté

Le succès du Tsedaka Challenge

Les « J’aime » sur le réseau social Facebook se transforment en euros grâce à ce nouveau défi né il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux, à quelques semaines de Pessah.

Les réseaux sociaux sont aussi capables d’agir pour la bonne cause. On se souvient du « Ice Buket Challenge » il y a quelques années qui consistait à se verser un seau de glace sur la tête pour médiatiser la lutte contre la maladie de Charcot. Il y a quelques semaines est né sur la Toile un nouveau défi : le « Tsedaka Challenge ». Très viral sur Facebook, ce jeu a un principe bien défini : les internautes publient un message pour annoncer leur participation au Tsedaka Challenge et chaque « J’aime » ou commentaire récolté par la publication est ensuite comptabilisé puis converti en euros. Une fois le défi terminé, 24 heures plus tard, la personne s’engage à reverser cet argent à une association caritative de son choix ou à une personne dans le besoin et nomme à son tour cinq autres personnes. 

« Au début, j’ai hésité à y participer, car le fait d’exposer sa charité sur les réseaux sociaux a un caractère démonstratif qui me gênait mais finalement, lorsque j’ai été nommé, je me suis dit que c’était quelque chose de positif ! », explique Jonathan Lévy qui a relevé le défi et s’apprête à reverser la somme de 69 euros à une personne en difficulté. Certains reversent les fonds au FSJU, d’autres à Mazone ou au Cœur des Mamans, en Israël. 

« Grâce au Tsedaka Challenge, nous avons assuré la gratuité des seders communautaires pour les étudiants et les personnes aux ressources limitées », explique Erick Bensoussan, président de la synagogue Bar Yohaï à Grenoble. « C’est une très belle action qui apporte beaucoup à notre communauté en cette fête de Pessah » ajoute-t-il, plein de gratitude.

Difficile de chiffrer les dons qui proviennent du fameux défi virtuel, mais il est certain qu’à l’approche des fêtes de Pessah, où les associations préparent des paniers pour les familles en difficulté, cette générosité 2.0 est plus qu’utile que jamais. En effet, les associations comme Mazone confectionnent actuellement des paniers alimentaires avec des matzot, du vin et toutes sortes d’aliments pour permettre aux plus démunis de passer dignement les fêtes.

Powered by Edreams Factory