Default profile photo

21 Juillet 2017 | 27, Tammuz 5777 | Mise à jour le 20/07/2017 à 18h07

22 juillet 2017 - Chabbat Matot - Masseï : 21h25 - 22h42

Rubrique France/Politique

Débat présidentiel: les notes des candidats

Que faut-il retenir de ce débat de 4h30? (Capture d'écran BFM)

Hier soir, nous avons été 6,3 millions de personnes à regarder notre poste de télévision et les 11 candidats à la présidentielle débattre de leur programme. Et si on leur donnait une note ?

François Fillon : 7/10

Comme certains l’ont noté, François Fillon s’est montré calme et solide durant toute la durée de l’émission. Il a développé les chantiers économiques qu’il aimerait mettre en place, comme faire des coupes budgétaires pour rembourser la dette du pays. Il s’est concentré sur différents aspects de son programme malgré les critiques émises concernant sa mise en examen. Le sondage OpinionWay à la fin de l’émission va dans ce sens : il est jugé parmi les candidats les plus convaincants.

 

Emmanuel Macron : 6/10

Le plus jeune des candidats (39ans) au physique de gendre idéal n’est entré dans aucun conflit et s’est montré très courtois avec ses rivaux. Le candidat Asselineau lui a même reproché d’être « toujours d’accord avec tout le monde ». Il demeure néanmoins toujours parmi les favoris des sondages pour la présidence de la République.

 

Jean-Luc Mélenchon 5/10

Le candidat de la France Insoumise, qui d’ordinaire use de ses grandes qualités de tribuns pour développer ses idées, s’est cette fois montré d’un calme olympien. Son caractère d’ordinaire protestataire a laissé à la place à une pensée posée.

 

Jean Lassalle : 5/10

Jean Lassalle était inconnu du grand public il y a encore quelques semaines et peu croyaient possible qu’il réunisse à obtenir assez de signatures pour pouvoir candidater à la candidature suprême. Il est arrivé en retard à l’émission mais a usé d’un grand humour et d’une certaine originalité pour développer son point de vue du pays.

 

Nicolas Dupont-Aignan 5/10

Le président de Debout la France a renvoyé dos à dos la droite et la gauche, eux qui racontent « les mêmes sornettes ». Avec ce style un peu rigide qui le caractérise, celui-ci a reproché à Fillon d’avoir « bafoué le vote du peuple », exprimé en 2005. Comme Emmanuel Macron, il n’est pas parvenu à s’imposer au sein des 11.

 

Philippe Poutou : 4/10

Son arrivée en Tee-shirt a été très remarquée. Poutou s’est tout de suite senti très à l’aise. Son intervention auprès de Jean-Luc Mélenchon et de Marine le Pen qu’il a accusé de « piquer dans les caisses publiques » a retenu l’attention. Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste a conclu son intervention en précisant qu’il ne s’adressait « pas aux Français », mais à « l’ensemble de la population » y compris les immigrés, oubliant que ce sont les Français qui votent en France.

 

Benoît Hamon : 4/10

Le candidat du Parti socialiste a accusé François Fillon de vouloir supprimer les postes de fonctionnaire et a fait l’éloge de la fonction publique. Celui-ci préconise de recruter davantage de professeurs, d’infirmer etc.

 

Marine le Pen : 3/10

Faisant preuve d’une grande agressivité vis-à-vis des journalistes, Marine le Pen a réitéré son combat pour une laïcité implacable, tout en rappelant vouloir imposer les crèches de Noël dans les mairies, une tradition chrétienne qu’elle aimerait pouvoir rendre possible.

 

Jacques Cheminade 3/10

Certains internautes l’ont rebaptisé « l’homme en colère » a également défendu « les faibles » contres les « dictatures financières ». Il s’est démarqué par les nombreuses références durant l’émission et a regretté que la culture ne soit pas au centre du débat. Son ton était grave et combattif et durant ses interventions, il faisait preuve d’une forme de colère.

François Asselineau 3/10

Le candidat d’UPR a développé durant tout son temps de parole le principal enjeu de sa campagne : sortir de l’Europe, sortie de l’euro et  plaidé pour le « Frexit ». Il a cité de nombreux articles de la constitution.

 

Nathalie Arthaud 3/10

La candidate communiste s’est montrée déterminée à défendre les travailleurs. Elle n’a cessé de fustiger le capitalisme et l’exploitation des ouvriers, sans véritablement produire de discours inclusif et fédérateur.

Powered by Edreams Factory