Default profile photo

18 Octobre 2017 | 28, Tishri 5778 | Mise à jour le 17/10/2017 à 17h56

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique Monde juif

Haïm Korsia : Pessah ou l’ouverture au possible

Le billet de Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, membre de l'Institut.

Pessah nous permet de nous remémorer notre sortie d’Egypte, le retour pour les Hébreux de la liberté et la naissance du peuple juif.

C’est aussi le temps où le cœur endurci de Pharaon et de son peuple ne peut plus trouver de prétexte afin de justifier les plaies qui les frappent. La vérité enfin apparaît pour eux et s’accomplit alors la promesse divine.

En effet, lorsque l’Eternel déchaîne successivement les dix plaies sur le pays, les Egyptiens refusent de voir Sa main mais cherchent, à chaque fois, une explication rationnelle au châtiment qui leur est infligé. Pire, ils en rendent les Hébreux responsables alors que c’est bien leur violence et leur inhumanité qui en sont la cause.

La Torah nous enseigne pourtant que celui parmi les Egyptiens qui craignait l’Eternel était toujours épargné, comme le montrent notamment ces versets : « Fais rassembler ton bétail et tout ce que tu as dans les champs. Tout homme ou animal qui se trouvera dans les champs et ne sera pas rentré dans les maisons, sera atteint de la grêle et périra. Ceux des serviteurs de Pharaon qui révéraient la parole du Seigneur mirent à couvert leurs gens et leur bétail dans leurs maisons ». (Ex ; IX ; 19-20) Ainsi, il y a toujours une façon de percevoir la vérité et de comprendre que les mouvements du monde, des plus infimes aux plus importants, proviennent tous de la volonté divine.

Il nous faut donc entendre le monde et ses bruissements, percevoir les aspirations, les besoins et les espoirs d’autrui, comme de la société dans son ensemble, afin de ne pas se laisser emporter dans l’enfermement de l’impossible. Grandir dans la foi et dans son rapport à l’autre, c’est d’abord être à l’écoute, pour pouvoir avancer ; non pas atteindre la perfection, car elle est inatteignable, mais cheminer sur la voie de la perfectibilité. Il s’agit de s’inscrire dans une dynamique, un cercle vertueux en constant mouvement, pour faire de soi un homme meilleur, mais aussi une société plus bienveillante.

Là est le sens de Pessah, celui du passage, du changement de statut d’esclave à homme libre. Pour le peuple juif, tout commence après la sortie d’Egypte : « Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois ; il sera pour vous le premier des mois de l’année » (Ex ; XII ; 2) dit l’Eternel à Moïse et Aaron. Pour autant, on célèbre le nouvel an à Roch Hachana…Quelle différence alors entre Roch Hachana et Pessah ?


« Grandir dans la foi et dans son rapport à l’autre, c’est d’abord être à l’écoute, pour pouvoir avancer.»

Le chabbat précédant Roch Hachana, on n’annonce pas le nouveau mois, comme on le fait le restant de l’année, lors de chaque chabbat précédant Roch Hodech. Car Roch Hachana est une rupture entre l’année qui se termine et celle qui s’ouvre, entre le passé et l’avenir. C’est le temps d’abandonner et d’expier nos fautes et de demander pardon. De démarrer en nous défaisant du poids de nos fautes.

A l’inverse, Pessah symbolise une rupture différente ou plutôt une forme de transcendance du passé. C’est le moment où l’on se sépare de notre servitude intérieure, de notre enfermement, de cet emprisonnement mental, qui, parfois, nous empêche de penser et d’aller de l’avant, mais nous permet de conserver notre histoire : « Souviens-toi que tu as été esclave en Egypte » (Dt ; V ; 14). Nous sommes libres mais avec la mémoire féconde de notre passé.

Pessah est aussi et surtout une fête de partage et de transmission. Ainsi l’enseigne la Bible : « Ce jour sera pour vous une époque mémorable et vous le solenniserez comme une fête de l'Éternel; d'âge en âge, à jamais, vous le fêterez » (Ex ; XII ; 14). Autour de la table du Séder, parlez-vous, interrogez-vous les uns les autres, ne vous sentez pas prisonniers de l’angoisse, des échecs, ou d’éventuels enfermements du passé, mais regardez loin vers l’horizon, en toute sérénité et avec au cœur, l’envie et l’ambition de nouveaux et nombreux accomplissements, pour vous, pour celles et ceux qui vous entourent et pour la société dans laquelle vous rêvez de vivre et qu’il vous faut contribuer à bâtir. l

Bonnes fêtes de Pessah - Pessah Casher Vesameah

Powered by Edreams Factory