Default profile photo

19 Octobre 2017 | 29, Tishri 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique Sport

Bloom, le big boss de Brighton

(DR)

Depuis 2009, le club anglais est détenu par un homme d’affaires juif. Portrait.

Cela fait plusieurs jours que Tony Bloom (photos) enchaîne les entretiens dans la presse britannique. La raison de cet engouement médiatique : son équipe, habituée des joutes de la Deuxième division, vient de composter son billet pour l’élite, après une longue période de 34 ans. L’événement est forcément historique au sein de ce club populaire où évoluent deux Israéliens : Tomer Hemed et Biram Kiyal. (Voir ci-dessus) Fan de l’équipe depuis son plus jeune âge, Tony Bloom (45 ans) est déjà tourné vers le recrutement estival. « Nous devons nous renforcer mais nous ne cherchons pas à dépenser des sommes folles », a précisé dans les colonnes du Jewish Chronicle cet investisseur notamment reconnu pour ses talents de joueur de poker.  Depuis sa venue en 2009, l’homme a injecté 200 millions de livres sterling dans les caisses du club, faisant construire le stade Amex ainsi qu’un nouveau centre de formation. Sa plus grande réussite reste la promotion de Brighton en Premier League. « Nous avons manqué l’accession la saison dernière à la différence de buts. Ce fut un véritable chagrin pour nous tous. Cette fois, nous y avons cru jusqu’au bout. C’était notre année ». Sur ce que son écurie peut apporter à l’élite la saison prochaine, aux côtés des mastodontes que sont Chelsea, Arsenal, Manchester United ou Liverpool, il répond sans ambages : « Le football fait intrinsèquement partie de la vie des habitants de notre ville. Nos supporters sont formidables tout comme l’ambiance qui règne dans notre stade qui fera le plein à chacune de nos rencontres à domicile ». 

Powered by Edreams Factory