Default profile photo

22 Octobre 2017 | 2, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Communauté

L’ONIT sort le grand jeu

Lina Haddad, la directrice de l’ONIT avec Daniel Benhaïm (g.) et Francis Kalifat (Erez Lichtfeld)

L’Office du tourisme israélien à Paris a organisé le 18 mai dernier sa soirée annuelle qui a tenu toutes ses promesses.

A quelques encablures du Palais de l’Elysée, le Pavillon Gabriel mettait à l’honneur, ce jour-là, la destination Israël en présence des représentants des grandes chaînes hôtelières du pays (Sheraton, Carlton, Isrotel, Fattal, etc). C’était donc bien « the place to be » pour l’ensemble de la filière touristique qui n’a pas manqué ce rendez-vous stratégique à l’orée d’une saison estivale s’annonçant prometteuse pour l’Etat hébreu. Car depuis le début de l’année 2017, les chiffres sont au beau fixe et se traduisent par une hausse de 6% de la clientèle française entre janvier et avril. Pour ce seul dernier mois, ils étaient au total 349.000 touristes à avoir visité Israël, un record depuis la création de l’Etat en 1948. 


Les chiffres sont au beau fixe

Dynamique sur le plan digital, l’ONIT récolte le fruit de ses actions quotidiennes à travers deux grandes campagnes qu’elle pilote depuis plusieurs mois : celle de « Cities Break » visant à promouvoir les villes de Jérusalem et Tel-Aviv et celle d’ « Eilat-mer Rouge », également très présente sur le numérique. « Israël n’est qu’à 4 heures 15 de vol depuis Paris. Vous ne décevrez pas vos clients en choisissant cette destination », argumentait avec panache Laurent Gahnassia, le responsable marketing de l’ONIT, devant un public de professionnels (agences de voyages, tours-opérateurs, etc) alors qu’au même moment, des clips montraient les plus belles facettes de Tel-Aviv, Jérusalem, Eilat mais aussi de Haïfa, Acco, Tibériade, la mer Morte ou encore Césarée. Une opération séduction rondement menée qui a, semble-t-il, fait un certain effet auprès de l’auditoire.

Powered by Edreams Factory