Default profile photo

22 Août 2017 | 30, Av 5777 | Mise à jour le 28/07/2017 à 13h41

26 août 2017 - Chabbat Choftim : 20h28 - 21h35

Rubrique Communauté

Thierry Sebagh : « L’ORT donne sa chance à chacun »

(DR)

Le directeur général d’ORT-France revient sur les performances et les valeurs de son groupe scolaire.

Actualité Juive : L’ORT de Montreuil a pris la première place du classement des lycées 2017 de l'Express et L'Etudiant.   A quoi attribuez-vous cette réussite ? 

Thierry Sebagh : Tout d’abord, à l’engagement des équipes enseignantes et administratives. Nos élèves sont bien préparés à leur métier et aux diplômes qui y conduisent. Ce classement résulte de la combinaison de trois critères : outre celui de la réussite aux examens, l’Express/L’Etudiant, comme le ministère, tiennent compte de l’accompagnement et de la situation sociale des enfants. Afficher 100% de réussite au baccalauréat en ne prenant que les meilleurs et en écrémant méthodiquement les plus fragiles, cela permet d’afficher des hauts scores, mais cela n’a jamais été dans les valeurs de l’ORT. 

Finalement, ce que je trouve remarquable, c’est que ces résultats sont aussi le fruit de notre adaptation constante au monde d’aujourd’hui et de demain. Notre pédagogie est personnalisée, au plus proche des élèves et de leurs difficultés. Elle est aussi moderne et intègre les nouvelles technologies. C’est important quand on veut accompagner ces générations vers la réussite. Enfin, ce classement est aussi la consécration de nos efforts de renouvellement de notre offre de formations. De bac à bac+3 en optique et lunetterie, dentaire, commerce... Des bac et des bac+5 dans les métiers du digital et de la communication... Tout en conservant la spécificité de l’ORT : donner sa chance à chacun.


A.J.: Quels sont les projets du groupe scolaire ?

T. S. : Nous souhaitons poursuivre le renouvellement de notre offre de formations (numérique, paramédical, commerce et management). Nous avons également  l’ambition de lancer le chantier de la transformation digitale de l’ORT. Investissements et formation des enseignants, ce sera un très vaste chantier ! Et puis, il y a notre souhait de renforcer les partenariats pédagogiques en Israël. Nous avons entamé des négociations avec Braude College à Haifa. Sans tout dévoiler,         cela sera très orienté digital et entrepreneuriat. Enfin, last but not least, image et notoriété de l’ORT sont le dernier de nos grands sujets stratégiques. Nous avons une histoire. L’ORT a fait partie de l’Histoire, avec un grand H. Mais l’ORT c’est aussi la modernité, les nouveaux métiers, et l’ouverture au monde. Combien d’entre nous savent que l’ORT est présent dans 60 pays dans le monde dont l’Inde, l’Afrique du Sud ou l’Uruguay où nous avons une université ?


A.J.: Le phénomène de l’Alyah a-t-il impacté la vie des écoles ? 

T.S. : Il est certain que le développement de nos nouveaux chantiers s’insère dans un contexte que l’Alyah a rendu compliqué. Nous devons nous adapter. Eduquer, c’est parier sur l’avenir de sa jeunesse. Et nous sommes convaincus qu’il y aura une réorganisation de la vie juive en France et qu’elle y sera florissante. A l’ORT, nos élèves n’ont pas à s’inquiéter de la cacherout, des examens pendant les fêtes ou des cours le chabbat. Nous sommes des écoles juives, tout simplement… 

Powered by Edreams Factory