Default profile photo

19 Octobre 2017 | 29, Tishri 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique Culture/Télé

Eurovision 2017 : Un concours sur fond de crise diplomatique

Alma vient de sortir son premier album : « Ma peau aime »

La grande finale du concours de chansons aura lieu le 13 mai prochain à Kiev et sera retransmise en direct sur France 2. Alma, qui présentera le titre « Requiem », succèdera ainsi à Amir pour défendre les couleurs de l’Hexagone.

Différents noms d’artistes avaient circulé pour représenter la France, lors de la 62e édition de l’Eurovision. Slimane, Claudio Capéo et Tal ont par exemple été approchés par la délégation française de l'Eurovision. Ce sera finalement Alma, inconnue du grand public, qui a été choisie pour défendre les couleurs de l’Hexagone lors du grand concours européen de la chanson. « C'est le gros pari de cette année : faire un exploit à l'Eurovision car on a envie que ça marche, mais aussi parrainer un artiste et son projet artistique. On ne choisit pas une chanson déjà connue mais une chanson d'un album et un artiste en développement. », a ainsi expliqué Edoardo Grassi, le chef de la délégation française de l’Eurovision à nos confrères de Pure Charts. Celle qui vient de sortir son premier album « Ma peau aime », succèdera ainsi à Amir, qui avait permis à la France d’atteindre la 6e place l’année dernière. « Requiem », la chanson qu’elle interprétera, a été actualisée pour l’événement : des chœurs en anglais ont été ajoutés au refrain pour maximiser sa portée auprès du public. Un titre qui a toutes ses chances de l’emporter puisque celui-ci a été écrit par Nazim, qui s’était également chargé d’écrire la fameuse chanson « Je t’ai cherché » d’Amir.

Amir, d’ailleurs, aura une place de choix lors de cette nouvelle édition puisqu’il présentera l’émission aux côtés de Marianne James et de Stéphane Bern. « J’avais envie de retrouver cette belle ambiance, admet-il. Je me suis dit qu’il y avait encore beaucoup de choses que je n’avais pas partagées avec le public. Notamment ce qui se passe en coulisses, les heures et les minutes qui précèdent le show définitif. Ce sont des souvenirs encore frais et remplis d’émotion ». L’émotion, pour sûr il y en aura : ce sont 42 pays qui s’apprêtent à concourir et 200 millions de téléspectateurs à travers le monde qui assisteront à la grande finale devant leur écran. L’ancienne Miss France Élodie Gossuin annoncera en direct les points décernés par la France aux concurrents. Tout le monde se souvient de son «Youhouhouhouhou» l’an dernier, fredonné pour accompagner la chanson de Amir, qui avait provoqué l’hilarité de nombreux téléspectateurs pour ses fausses notes. En France, la grande finale sera diffusée en direct sur France 2 mais également en simultanée, dès 21 heures, dans les cinémas CGR.

Difficile d’imaginer comment un concours de chansons peut tourner au conflit diplomatique. Et pourtant un triste spectacle et de nombreux rebondissements ont émaillé la préparation de cette édition 2017. L’affaire débute ainsi : la chanteuse Ioulia Samoïlova est choisie par la Russie pour porter les couleurs de son pays. Cette jeune femme handicapée avait chanté durant la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques de Sochi, en 2014, mais surtout, a donné un concert en Crimée, territoire ukrainien annexé par la Russie. Les autorités ukrainiennes, qui organisent cette année l’Eurovision, reprochent à la chanteuse cet acte « politique » et lui interdisent l’entrée sur leur territoire par mesure de rétorsion. « Si tu violes notre souveraineté, si tu chantes à un concert des occupants en Crimée, cela veut dire que tu t’exposes à une interdiction d’entrée en Ukraine », avait notamment déclaré le député ukrainien Serguei Vissotski.

Conflit diplomatique entre la Russie et l'Ukraine

Piquée au vif, la Russie a annoncé qu’elle ne remplacerait pas sa chanteuse et qu’elle ne diffuserait pas l’Eurovision. « Nous regrettons que les organisateurs de l’Eurovision aient été incapables de respecter leurs propres règles et d’obliger un pays à respecter également ces règles », a réagi Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. L’UER, organisateurs du concours, ont bien tenté de trouver des solutions pour réconcilier les deux camps, mais aucune issue n’a été trouvée. Ainsi, nous n’aurons pas l’occasion d’entendre samedi soir, le fameux titre « Flame is Burning ».

Powered by Edreams Factory