Default profile photo

23 Juin 2017 | 29, Sivan 5777 | Mise à jour le 22/06/2017 à 11h59

24 juin 2017 - Chabbat Kora'h : 21h40 - 23h05

Rubrique Judaïsme

Parachath Behar-Béhoukotaï : Entre D.ieu et les hommes

(Flash90.)

Comme l’a écrit le Rambam (Maimonide) dans ses 13 Articles de foi, la Thora ne pourra jamais être changée. Etant l’émanation de la sagesse du Créateur, elle ne peut subir la moindre modification, à l’image du Créateur qui était le même avant la création, qui est le même durant l’existence du monde et qui sera le même après la disparition du monde. Pourtant, depuis qu’elle fut donnée sur le mont Sinaï, la Thora n’a-t-elle pas connu des milliers de changements et d’ajouts ?

Effectivement, ce principe est indéniable : la pratique juive s’est enrichie, au cours des siècles, de coutumes et de lois nouvelles. Des comportements rituels se sont rajoutés, sans compter les différences entre les pays de la diaspora. Mais la croyance populaire commet une grave erreur d’appréciation. Elle pense qu’il existe deux Thora : celle qui fut donnée au mont Sinaï, il y a 3329 ans, et celle qui regroupe les milliers de lois qui furent rajoutées tout au long de notre histoire et qui porte le nom de Loi orale. Or, il est essentiel de savoir qu’il n’existe qu’Une seule Thora dont les divisions que nous venons de relever ont une valeur relative et cela pour trois raisons.


Parmi les hommes


Quand D.ieu donna la Thora, au mont Sinaï, Il donna les règles générales des lois avec tous leurs détails d’application, comme nous l’explique Rachi au début de la parachath Béhar. La richesse de la pratique juive dans ses détails n’est pas une nouveauté née durant ce dernier exil. Elle est une révélation de ce qui fut donné lors du don de la Thora. Bien plus, le Talmud (1) nous dira qu’Avraham pratiqua toute la Thora avant qu’elle ne fut donnée car il eut la force de s’élever vers D.ieu pour comprendre qu’elle était Sa volonté. On peut comprendre, dès lors que les hommes qui édictèrent ces lois, à la suite du don de la Thora, étaient des Tsaddikim (des Justes) qui n’appartenaient pas au commun des mortels. Leur stature spirituelle leur permettait de s’élever jusqu’à la volonté divine pour la faire descendre parmi les hommes.


De sa gorge


La troisième raison qui peut nous faire comprendre que la Thora est Une est un des 613 commandements : quand on évoque la validité de la Parole des Maîtres, on oublie souvent que c’est D.ieu lui-même, dans la Thora, qui érigea, en commandement, l’obligation de se soumettre aux décisions des Maîtres. Parce que leurs paroles ne sont pas seulement une donnée parallèle à la volonté du Créateur. Elles sont l’expression de Son Essence. Comme le dit le Zohar, 

« Le divin émanait de la gorge de Moché rabbénou ».


Note

(1) Traité Yoma, p. 28b

Powered by Edreams Factory