Default profile photo

18 Octobre 2017 | 28, Tishri 5778 | Mise à jour le 17/10/2017 à 17h56

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique Culture/Télé

Israël demande à la France l’interdiction de la pièce sur la mort de Merah

Jouée en off au festival d’Avignon, la pièce a créé la polémique et a entraîné de vives réactions d’associations et de proches des victimes (DR).

La ministre israélienne de la culture, Miri Reguev, réclame aujourd’hui à son homologue française l’arrêt de la pièce controversée, actuellement en off du Festival d'Avignon.

La ministre israélienne de la culture Miri Reguev enjoint Françoise Nyssen, ministre de la culture française, « d’empêcher que cette pièce ne soit montrée dans la sphère publique. » « Il est grand temps que nous, les ministres d'Etat démocratiques, joignions nos forces afin d'arrêter cela, plutôt que de soutenir le terrorisme et des formes terroristes de propagande, déguisés en exercices de liberté d'expression », affirme la Ministre dans une  lettre dont l’AFP s’est procurée une copie. La pièce, « Moi, la mort je l’aime plus que vous n’aimez la vie », traite des dernières heures du terroriste Mohamed Merah auteur des attentats de Toulouse en mars 2012. Elle a été écrite à partir du verbatim de ses derniers échanges avec les policiers du RAID.

Jouée en off au festival d’Avignon, la pièce a créé la polémique et a entraîné de vives réactions d’associations et de proches des victimes mais aussi une plainte pour apologie du terrorisme et antisémitisme contre Yohan Manca, son auteur et metteur en scène.

Latifa Ibn Zaten, mère d’un militaire assassiné par Merah, Imad Ibn Ziaten, avait déclaré à l’AFP ne pas cautionner la diffusion de cette représentation : « Montrer ça [...] ça peut tenter ces jeunes, ça peut montrer que c'est un héros aujourd'hui, je n’ai pas trouvé ça intelligent. Je suis pour la liberté de musique, de théâtre, la liberté, mais pas de cette manière-là. »

Powered by Edreams Factory