Default profile photo

20 Août 2017 | 28, Av 5777 | Mise à jour le 28/07/2017 à 13h41

26 août 2017 - Chabbat Choftim : 20h28 - 21h35

Rubrique Culture/Télé

La défaite victorieuse

(DR)

Avec « Dunkerque », Christopher Nolan livre un de ses efficaces blockbusters. Un peu confus parfois, mais surtout historiquement intéressant.

330 000 soldats britanniques et 120 000 Français sont encerclés à Dunkerque par les Allemands. Du 26 mai au 4 juin 1940, face à cette déroute, les Britanniques lancent l’opération « Dynamo ». Des bateaux plaisanciers vont traverser la Manche et sauver une grande majorité de ces hommes. Pour raconter cette histoire, Nolan se focalise sur trois portraits : un militaire bloqué sur une plage française durant une semaine, un volontaire britannique en mer pendant une journée pour rapatrier les troupes, et un aviateur de l’Air Royal Force lors d’une heure de combats. Tout en réalisant comme à son habitude un impressionnant blockbuster (« Dark Night », « Inception », « Interstellar »), le cinéaste filme à hauteur d’hommes. Leurs peurs, et leurs angoisses nuancent l’image habituelle du héros. Un point de vue juste à saluer. Pour autant, si les effets de la violence de la guerre sont magistralement mis en scène, l’évolution dramatique de la narration reste parfois confuse. On note aussi son parti pris anglo-saxon, et le peu de présence des Français. Cette forme de défaite fut récupérée par Churchill telle une victoire tant l’évacuation fut réussie, et devint un événement de fierté nationale. En France, l’Histoire demeure plutôt discrète sur ce repli. 


En salles : « Dunkerque » de Christopher Nolan avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Tom Hardy, Kenneth Branagh, Cillian Murphy.

Powered by Edreams Factory