Default profile photo

20 Août 2017 | 28, Av 5777 | Mise à jour le 28/07/2017 à 13h41

26 août 2017 - Chabbat Choftim : 20h28 - 21h35

Rubrique France/Politique

William Attal : « Ma sœur était une personne exceptionnelle »

(DR)

Depuis l’assassinat de sa sœur Sarah Halimi, William Attal se bat pour que la justice reconnaisse le caractère antisémite du meurtre. « Reconnaître qu’elle a été massacrée du fait de son appartenance au peuple juif ne serait que justice », explique-t-il dans cet entretien qu’il nous accorde.

Actualité Juive: Que pensez-vous du fait que le meurtrier ait été mis en examen?

William Attal : La mise en examen de l’assassin signifie qu’il est possible que la justice reconnaisse la responsabilité pénale de l’assassin, ce qui semble la moindre des choses après ce qui s’est passé. Lors de l’interrogatoire avec le juge d’instruction, il a répondu de façon tout à fait cohérente, avec des précisions. Lors de cet entretien, il a également eu la présence d’esprit de dissimuler sa radicalisation et de chercher à s’exonérer de toute responsabilité au moment des faits. Durant ses trois mois en hôpital psychiatrique, le meurtrier a eu le temps de préparer sa défense. Une preuve parmi tant d’autres qu’il n’est pas fou. Tout les témoignages des voisins recueillis, qui ont assisté et entendus, concourent à prouver qu’il s agit d’un assassinat islamique radical. Chaque jour qui passe où la justice attend pour le reconnaître est une injure à la mémoire de ma sœur Sarah.


A.J.: Pourquoi le fait que le caractère antisémite soit retenu est si important pour vous ?

W.A. : La famille ne demande que justice.  Ma sœur a subi un calvaire pendant près d’une heure, une mort en direct devant de nombreux témoins que sont les voisins de l’immeuble. Elle a été massacrée parce que juive religieuse. Reconnaître qu’elle a été tuée du fait de son appartenance au peuple juif ne serait que justice, après tout ce qu’elle a vécu. Lorsque le caractère antisémite sera reconnu, notre combat cessera et nous continuerons à faire notre deuil à l’abri des caméras.


A.J.: Quelle est votre réaction suite au fait que le président de la République ait évoqué Sarah Halimi lors de la cérémonie pour les 75 ans de la rafle du Vel d'Hiv ?

W.A. : Ma sœur Sarah était un être d’exception. Elle a passé sa vie à aider les autres. Elle méritait que le président de la République lui rende hommage. Alors en quelque sorte, l’évocation par le président de la République courageux, M. Macron, est somme toute un juste retour des choses. Ses paroles ont été d’un grand réconfort pour sa famille meurtrie dans sa chair.

Powered by Edreams Factory