Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 10/12/2017 à 13h04

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Communauté

Des demandes à la hausse pour les « Paniers de Tichri »

La solidarité s’organise aussi au sein des communautés et dans les synagogues où des opérations de dons sont coordonnées en faveur des plus nécessiteux.

Le mois de Tichri est une période clé du calendrier hébraïque. C’est aussi l’un des grands rendez-vous de la solidarité communautaire : les associations lancent des grande campagnes d’appel aux dons, tandis que les synagogues et les centres communautaires accompagnent les familles dans le besoin, pour les aider à joindre les deux bouts. C’est le cas de l’opération « Paniers de Tichri » qui, comme son nom l’indique, propose un ensemble de denrées alimentaires pour garnir les tables pendant les fêtes de début d’année. 

De quoi apporter de la joie et du réconfort à ceux qui vivent dans la précarité. « Notre objectif est de répondre à un maximum de demandes et d’aider un plus grand nombre de familles nécessiteuses », explique Joël Mergui, le président du Consistoire à Actualité juive. « Malheureusement ces besoins ne diminuent pas », complète-t-il. Jusqu’en 2016, cette opération avait lieu dans chaque synagogue, sans qu’une structure adéquate ne permette de l’organiser. Désormais, le Consistoire centralise ces préparatifs, par l’intermédiaire de l’association « Secours Juif », dont l’objectif est de récolter et de redistribuer les dons des fidèles. 

« Les synagogues ont la responsabilité de faire fonctionner la communauté au quotidien, d’assumer ses charges en fonction de son budget communautaire mais il était important d’ajouter un outil pour mieux spécifier l’objet du don et sa destination », continue Joël Mergui. En effet, le donateur peut désormais choisir la communauté qu’il souhaite voir bénéficier de sa générosité et lorsqu’il ne le fait pas, l’association se charge de distribuer le don aux communautés plus en difficultés.

Grâce à cette meilleure coordination, le nombre de paniers de Tichri a pu être doublé en 2016. Outre les paniers de Tichri, d’autres mesures de solidarité sont mises en place pendant les fêtes. Par exemple à la synagogue Fleg, les personnes nécessiteuses du quartier sont invitées lors des seders communautaires. Ils bénéficient d’une réduction ou d’un repas gratuit en fonction de leur situation. « Pour ne pas qu’ils soient mal à l’aise, on leur demande simplement de donner ce qu’ils peuvent », explique M. Benisty, rabbin de la synagogue. « Notre objectif, avec le président de la synagogue, est de faire en sorte que personne ne reste seul ces soirs-là et surtout que personne ne soit empêché de se joindre à nous pour des raisons financières », complète-t-il. L’année dernière, c’est une petite dizaine de fidèles qui ont ainsi pu célébrer la nouvelle année sans ressentir le manque.

Powered by Edreams Factory