Default profile photo

21 Octobre 2017 | 1er, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique France/Politique

Une baisse record de 58% de l'antisémitisme en 2016: quels enseignements tirer du dernier rapport du SPCJ?

Pour le rapport, l'Opération Sentinelle a « selon toute vraisemblance, contribué activement et dans des délais courts à cette baisse. » (Antisemitisme.fr)

335 actes antisémites ont été collectés en 2016 contre 808 en 2015 par le Ministère de l'intérieur et de le SPCJ.

C’est une diminution record de 58% qu’a annoncé le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) dans son 11e rapport sur l’antisémitisme en France, publié mardi 18 septembre. S’appuyant sur le recensement des actes enregistrés par le ministère de l’Intérieur et l’association juive, le rapport indique une nette baisse des actes antisémites ayant donné lieu à un dépôt de plainte : 335 en 2016 contre 808 en 2015. Dans le détail, deux tentatives d’homicide anti-juives ont eu lieu l’an dernier, 40 actes de violence, 35 dégradations et 258 menaces sous formes de propos, gestes, tract, courrier ou inscription.

L’un des raisons invoquées par les auteurs du rapport pour expliquer cette chute est la mise en place de l’opération Sentinelle, à la suite des attentats de janvier 2015. Ce dispositif a « selon toute vraisemblance, contribué activement et dans des délais courts à cette baisse. » peut-on lire dans le rapport d’une centaine de pages (à lire ici)

Ce 11e rapport émet néanmoins un certain nombre de réserves sur ce tableau à première vue encourageant sur le front de l’antisémitisme.

« L’ultra violence et le terrorisme, qui ciblent les Juifs en France, éclipsent souvent l’antisémitisme « du quotidien ». De très nombreuses victimes d’agressions verbales ou de violences légères antisémites ne déposent plus plainte. Elles cèdent à une habituation ou à une banalisation. Le curseur de l’antisémitisme est allé si loin dans la terreur que les « signaux plus faibles » ne sont plus dénoncés ; alors que leur gravité et conséquences désastreuses restent entières. 1 acte raciste sur 3 commis en France en 2016 est dirigé contre un Juif alors que les Juifs représentent moins de 1% de la population. Depuis de nombreuses années, il existe un glissement fort des propagandes et discours antisémites des anciens supports vers Internet. Or, à ce jour, le recensement exhaustif des incitations à la haine ou à la violence antisémites sur le Net n’existe pas », relève le rapport.

« L'antisionisme et la haine d'Israël grandissants œuvrent comme des paravents masquant, décomplexant, voire légitimant l’antisémitisme. Comment mesurer et étudier un phénomène pour le combattre si on lui permet de se dissimuler ? Comment cautionner un délit par un autre délit ? »

Powered by Edreams Factory