Default profile photo

18 Octobre 2017 | 28, Tishri 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h36

21 octobre 2017 - Chabbat Noah' : 18h34 - 19h35

Rubrique France/Politique

La députée France insoumise Danièle Obono cite la Bible pour s'opposer à la loi anti-terroriste

La députée FI s’interroge à haute voix. « J’imagine donc que n’importe quel prête, officiant dans une église, qui citerait ce passage, favorisait une forme de radicalisation, d’appel au meurtre et à la terreur » (Capture d'écran LCP).

L'Assemblée national étudie actuellement le projet de loi, déjà votée par le Sénat.

Le début de mandat de la députée de la France insoumise, Danièle Obono, n’avait pas commencé sous les meilleurs auspices. Signataire d’une pétition en faveur du groupe de rap ZEP en 2012, auteur de la chanson Ni.. la France, elle avait suscité la polémique après un passage à l’émission « les grandes gueules sur RMC. « Je peux dire “ vive la France, mais pourquoi en soit ? Vous voulez que je mette au garde-à-vous et que je chante la Marseillaise », avait déclaré Mme Obono, le 21 juin.

Trois mois plus tard, cette fois à l’Assemblée nationale, l’élue insoumise a démontré sa capacité à faire preuve d’amalgame. Prenant la parole dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme, elle prend le micro en réponse au député Les Républicains Guillaume Larrivé. Son propos vise à démontrer une forme de deux poids deux mesures en matière d’appréciation politique de la radicalité politique des textes religieux. Regrettant qu’on ne parle que des mosquées, « le terme général ne s’appliquant qu’à une religion » selon elle, Danièle Obono cite « l’Ancien Testament », précisément un extrait du chapitre 15 du livre de Samuel. On y lit un appel divin que le prophète doit transmettre au roi hébreu Saul. « Maintenant, va les attaquer et voue-les moi en les exterminant totalement avec tout ce qui leur appartient. Sois sans pitié et fais périr hommes et femmes, enfants et bébés, bœufs, moutons, chèvres, chameaux et âne. »

La députée s’interroge à haute voix. « J’imagine donc que n’importe quel prête, officiant dans une église, qui citerait ce passage, favorisait une forme de radicalisation, d’appel au meurtre et à la terreur ».

On notera que l’intervention de la députée, repérée par le site Times of Israel, prend garde de ne pas citer le rituel juif. Peut-être une manière pour elle de pas pousser certains observateurs à y voir les restes de son soutien passé au parti des Indiègnes. Si elle n’a jamais été membre de ce mouvement radical, elle a assisté aux dix ans du PIR en 2015. 

Powered by Edreams Factory