Default profile photo

21 Octobre 2017 | 1er, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Monde juif

Kippa en peau de python

Pour satisfaire une éventuelle clientèle de milliardaires, un commerçant propose des kippoth en peau de python ou de crocodile!

On les trouve dans un joli coffret en bois en vente dans un magasin de « judaica » situé dans la vieille ville de Jérusalem. Elles sont réalisées en peau de python, de crocodile et bientôt d’autruche, si l’on en croit Eli Mordekhai, le propriétaire du lieu qui est aussi, en Israël, l’importateur de ces kippoth d’un genre inédit. 

Celles ci, a-t-il expliqué au siteY-net, 

« proviennent de la volonté de proposer à des gens qui vivent dans un monde de luxe et de grandes marques une kippa qui corresponde à leur mode de vie ». Ce qui était le cas de leur « inventeur », David Reutman, un businessman d’origine israélienne, qui après avoir cherché en vain une kippa « glamour » a eu l’idée de confectionner et de commercialiser ces kippot destinées aux plus fortunés.

En effet, alors qu’une kippa traditionnelle est vendue à un prix plutôt modeste, les créations que propose le magasin sont vraiment onéreuses : environ 1.000 euros pour les kippote en peau de crocodile et 1.300 pour celles en peau de python. Mais qui veut donc dépenser tant d’argent pour ce petit couvre-chef traditionnel ? « Le public principal est constitué de riches oligarques russes, dit encore Eli Mordekhai qui pré-cise que, si il est leur premier distributeur en Israël, ces « créations » sont déjà en vente en Europe et en Amérique.

Quant à ceux qui s’interrogeraient sur la permissibilité de porter un kippa réalisée à partir de la peau d’un animal non cacher, le même explique : « La kippa en soi n’est pas un article rituel comme des tefilines, une mezouza ou un sefer-Torah dont la confection nécessite l’usage ex-clusif de la peau d’un animal cacher. Tissu, cuir ou tout autre matériau sont permis ». 

Powered by Edreams Factory