Default profile photo

21 Octobre 2017 | 1er, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Elections allemandes : La victoire bulldozer de l’extrême droite

(DR)

« Le cauchemar est devenu une réalité ! », laisse échapper Charlotte Knobloch, la présidente de la communauté juive de Munich, et rescapée de la Shoah en apprenant dimanche 24 septembre en soirée les résultats des élections pour le Bundestag.

Angela Merkel est réélue, mais le parti extrémiste de droite l’AfD, l’Alternative pour l’Allemagne devient le troisième parti du pays, recueillant près de 14 % des suffrages. « Je ne peux m’empêcher de penser aux élections du 5 mars 1933, se souvient un juif de Berlin : les nazis les avaient démocratiquement gagnées, remportant 43,91 % des suffrages et donnant ainsi  288 députés à Hitler ».

Joseph Schuster, le président du Conseil central des juifs d’Allemagne ne cache pas lui non plus son inquiétude : « Pour le moment, la cible de l’AfD, ce sont les musulmans. Mais le jour où ce sujet ne sera plus intéressant et qu’il sera plus opportun politiquement et socialement de s’attaquer à une autre minorité, ce parti pourrait s’attaquer aux juifs ».

Les 100 000 juifs allemands en ont eu un avant-goût deux jours avant le scrutin. Alexander Gauland, l’un des dirigeants de l’AfD a déclaré que le temps de la repentance était terminé. « Les Allemands doivent mettre en valeur leur passé », a estimé le nouveau député qui siégera désormais avec 93 autres membres de son parti au Bundestag. « Si les Français sont fiers à juste titre de Napoléon et les Britanniques de Nelson et de Churchill, alors nous avons le droit d’être fiers des accomplissements des soldats allemands pendant les deux guerres mondiales ».

L’année dernière, l’AfD avait également défrayé la chronique. Un de ses élus au parlement régional du Bade-Wurtemberg, Wolfang Gedeon avait publié un livre « Le communisme vert et la dictature des minorités ». Il avait écrit que « le judaïsme du Talmud est l’ennemi intérieur de l’Occident chrétien », et s’était insurgé contre l’existence du Mémorial de la Shoah en face du Bundestag. Frauke Petry, la présidente de l’AfD avait couvert le parlementaire.

Tous les observateurs s’accordent à reconnaître la percée de l’AfD. Elle a été fondée il y a à peine quatre ans par des eurosceptiques, qui ont développé une phraséologie populiste, essentiellement tournée contre la politique migratoire d’Angela Merkel tout en s’en prenant également aux musulmans. Elle a raté de peu son entrée au Bundestag en 2013, mais depuis n’a cessé de remporter des victoires électorales, en particulier dans des régions de l’ex-République démocratique allemande, en retard économiquement et socialement par rapport à l’Ouest du pays. De plus, les communistes au pouvoir jusqu’à la chute du mur de Berlin en 1989 n’ont pas procédé à un travail pédagogique suffisant de dénazification.

L’AfD a annoncé  qu’elle veut  « chasser » Angela Merkel du pouvoir. Elle peut compter sur le soutien de Marine Le Pen, qui a tweeté : « Bravo à nos alliés de l’AfD  pour ce score historique ! C’est un nouveau symbole du réveil des peuples européens. » 

Powered by Edreams Factory