Default profile photo

21 Octobre 2017 | 1er, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Un étudiant juif torturé par Pyongyang

L’étudiant juif américain Otto Warmbier (DR)

Le président des Etats-Unis a accusé le régime totalitaire d’avoir « torturé au-delà de l'imaginable » l’étudiant juif américain Otto Warmbier, décédé le 13 juin dernier après 18 mois de détention en Corée du Nord. Retour sur un drame.

Les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord ne sont pas prêtes de s’améliorer. Ce mardi 26 septembre, un énième rebondissement diplomatique est né lorsque Donald Trump a écrit sur son compte Twitter : « Superbe interview sur Fox & Friends des parents d'Otto Warmbier : 1994-2017. Otto a été torturé au-delà de l'imaginable par la Corée du Nord ». Par ces quelques mots, le président des Etats-Unis remet sur le devant de la scène une affaire sensible qui avait déjà entraîné des passes d’arme avec son homologue Kim Jong-un. Il fait référence à la mort d’un étudiant juif survenue en juin, suite à 18 mois de détention en Corée du Nord. Tout commence deux ans plus tôt, en décembre 2015, lorsque l’étudiant américain de 22 ans part cinq jours à Pyongyang pour fêter le nouvel an avec ses amis. Ce voyage tourne au drame lorsqu’il est accusé d’avoir voulu voler une affiche de propagande politique. La justice du pays de Kim Jong-un, pas vraiment réputée pour sa clémence, condamne alors l’étudiant à quinze ans de travaux forcés. 

Quelques mois plus tard, une journaliste de CNN reçoit une vidéo dans laquelle l’étudiant déclare être bien traité par le gouvernement nord-coréen, ainsi qu’avoir été manipulé par la CIA pour accomplir « cet acte hostile ». Aux Etats-Unis, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer le mensonge de cette « confession », manifestement obtenue sous la contrainte. Sans nouvelles pendant quinze mois, la famille n'apprendra que quelques heures avant sa libération surprise que le jeune homme se trouvait dans un état de santé critique. Selon les Nord-Coréens, le jeune homme aurait soudainement contracté une forme de botulisme, raison pour laquelle ils auraient décidé de le renvoyer dans son pays. 


Sévères dommages neurologiques

« Beaucoup de choses terribles se sont passées. Mais, au moins, nous l’avons ramené chez lui pour qu’il soit avec ses parents », avait alors déclaré le président américain. Ce soulagement sera de courte durée : on lui diagnostique de sévères dommages neurologiques. « Quand Otto est revenu à Cincinnati le 13 juin, écrivent ses parents dans un communiqué, il était incapable de parler, incapable de voir, et incapable de réagir à des commandes verbales. Il avait l’air très mal à l’aise, presque angoissé ». Ses parents alertent sur « les mauvais traitements, atroces et barbares » que leur fils aurait subis et les médecins diagnostiquent de graves lésions cérébrales. Le garçon de 22 ans décède cinq jours plus tard, dans la maison familiale. Donald Trump condamne alors le régime de Kim Jong-un et celui-ci ne tarde pas à riposter : 

« La campagne de diffamation menée aux Etats-Unis contre la République populaire de Corée du Nord nous oblige à faire savoir que le comportement humanitaire et la bienveillance à l’égard de l’ennemi sont un tabou et que nous affûterons encore la lame de la justice », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères nord-coréen. Celui-ci accuse le jeune homme d’avoir été « en mission pour une organisation des Etats-Unis fomentant des complots » et d’être « un criminel condamné au redressement par le travail ». 

Powered by Edreams Factory