Default profile photo

21 Octobre 2017 | 1er, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique Sport

Robert Pirès : « Ce qu’il manque à Israël ? De l’expérience au plus haut niveau »

Crédit : Panoramic

Désormais consultant pour la chaîne beIN SPORTS, l’ancien champion du monde tricolore 1998 a accepté de répondre aux questions d’Actualité Juive depuis son domicile londonien au lendemain de l’écrasante victoire en Ligue des champions du PSG sur le terrain du Celtic Glasgow (5-0). Dans cet entretien exclusif, l’ancien pensionnaire d’Arsenal, aujourd’hui âgé de 43 ans, évoque notamment sa perception du football israélien.

Actualité Juive: Sous le maillot des Bleus, vous avez affronté plusieurs fois l’équipe d’Israël. Comment jugez-vous le niveau footballistique de ce pays ?

Robert Pirès : La sélection israélienne joue bien au ballon. Ses joueurs sont  très habiles sur le plan technique, à commencer par Yossi Benayoun que j’ai eu l’occasion de côtoyer quelque temps au centre d’entraînement d’Arsenal. C’est à la fois un très bon joueur  et un garçon charmant. Ce qui manque avant tout à Israël pour progresser davantage, c’est de l’expérience au plus haut niveau. Plus nombreux ils seront à jouer dans un club européen et meilleur sera le niveau de la sélection. 


A.J.: En Ligue Europa, le Maccabi Tel-Aviv devait recevoir le 28 septembre les Espagnols de Villareal, un club où vous avez évolué entre 2006 et 2010. Quelle est la particularité de cette équipe ?

R. P. : A mes yeux, Villareal rime avec club familial. Son président garde aujourd’hui toujours la même philosophie : proposer un beau football, en misant sur la dimension technique. Le joueur le plus emblématique que j’ai croisé durant mes années en Liga, c’est le capitaine Bruno Soriano. Villareal dispose par ailleurs d’un très bon centre de formation et s’appuie énormément sur ses jeunes joueurs. Cette équipe n’est pas arrivée en demi-finales de Ligue des champions (en 2005-2006) par hasard. 


A.J.: Quels souvenirs gardez-vous de l’ambiance du stade El Madrigal ?

R. P. : Beaucoup de supporters arrivent au stade avec leur sac de « pipas » (pépites). L’atmosphère est bon enfant. Pour les joueurs, le fait de se sentir proche du public est très galvanisant. 


A.J.: Vous nous dites par ailleurs que Villareal sait bien voyager. Quel est votre pronostic sur son duel contre le Maccabi Tel-Aviv diffusé le 28 septembre sur beIN SPORTS ? 

R. P. : Je parie sur une victoire des Espagnols même si le Maccabi est une équipe en progression avec à sa tête un très bon entraîneur (Jordi Cruyff). 


A.J.: Pour terminer, qui voyez-vous remporter la Ligue des champions en mai prochain ?

R. P. : A l’heure actuelle, j’hésite entre trois clubs : Real Madrid, PSG et Manchester City.


A.J.: Et en Ligue Europa ?

R. P. : C’est très clair : Arsenal ! 

Powered by Edreams Factory