Default profile photo

18 Novembre 2017 | 29, Heshvan 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Culture/Télé

Joshua Z Weinstein : « BrooklynYiddish brise les préjugés sur les ultra-orthodoxes »

Pour la première fois, un réalisateur pose sa caméra sur l’univers des Juifs orthodoxes de Brooklyn. Ce fil entièrement tourné en yiddish ne laisse pas indifférent. En salles Depuis le 25 octobre 2017.

Actualité Juive : Comment avez-vous réussi à filmer à Borough Park, le quartier ultra-orthodoxe de Brooklyn ?

Joshua Z Weinstein : Comme chacun sait, il est impossible de se poser avec une caméra dans ces quartiers et prétendre filmer les gens de cette communauté fortement ancrée dans la tradition juive. Il a donc fallu ruser et gagner la confiance des habitants, en bousculant parfois leur quotidien. Les scènes extérieures du film ont été tournées, pour la plupart, en caméra cachée et celles se déroulant dans l’épicerie où travaille Menashé, le personnage principal du film, dans 3 épiceries différentes du quartier et sur plusieurs semaines de tournage entrecoupées ! 


A.J.: Pourquoi ce film ? 

J. Z. W. : Pour les mêmes motifs que ceux qui m’ont poussé à faire du cinéma : porter un regard bienveillant, et objectif sur des hommes et des femmes que nous ne côtoyons pas dans notre quotidien mais surtout : rapprocher les gens. Une vocation pédagogique peut-être… Montrer l’humain qui se cache derrière chaque communauté d’hommes, ses failles et ses forces. Briser certains préjugés en plaçant parfois le spectateur dans une position inconfortable face à ce qu’il découvre mais honnête. 


A.J.: Qui est l’acteur principal, Menashé Lustig ?

J. Z. W. : Comme tous les autres personnages du film, Menashé n’est pas un acteur professionnel mais un membre de la communauté Sqverer orthodoxe de Brooklyn.

C’est en faisant mes repérages autour de ce projet qu’un ami, travaillant auprès des Juifs de Borough Park, me l’a présenté. Menashé est ce membre atypique de la communauté : il est naturellement drôle et doué pour la comédie puisqu’il réalise lui-même des clips vidéo et spectacles pour enfants autour des fêtes juives.


A.J.: Est-ce-que les gens de Borough Park ont vu votre film ?

J. Z. W. : Oui et non. Certains n’ont pas voulu le voir car dans ces communautés on ne va pas au cinéma. D’autres ont accepté, se basant sur le principe que le film serait vu par des non-Juifs et qu’ainsi, la faute serait à moitié pardonnée.


A.J.: La particularité du film réside dans le fait qu’il soit tourné entièrement en Yiddish, exceptées les rares scènes de dialogue en anglais ou en espagnol avec d’autres personnages. C’est une dans le cinéma contemporain !

J. Z. W. : En effet, cela fait partie de mes motivations, faire connaître à mes contemporains des communautés d’humains très différentes d’eux et ainsi tenter de rapprocher les gens.

Menashé et tous les personnages du film, adultes et enfants, s’expriment en yiddish au quotidien, cette langue ancestrale et si vivante à Brooklyn aujourd’hui encore. Pour le film, Menashé a dû travailler son yiddish et sa prononciation. 


« Brooklyn Yiddish » de Joshua Z. Weinstein avec Menashé Lustig, Ruben Niborski




Powered by Edreams Factory