Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 10/12/2017 à 13h04

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique France/Politique

3 Octobre 1980 18 H 38 : Une bombe explose devant la synagogue Copernic

(wikimedia)

En cette soirée d’automne, la synagogue de l’ULIF, rue Copernic est bondée. Parce que c’est chabbat, mais aussi Simhat Torah et que trois bar et bat-mitzvot sont également fêtées. A 18h38, une bombe placée dans une moto à proximité explose. Quatre personnes sont tuées : Philippe Boisson qui passait en moto; Hilario Lopez-Fernandez, concierge dans un hôtel proche ; Jean-Michel Barbe qui marchait sur le trottoir. Tout comme Aliza Shagrir de la TV israélienne, qui avait prévu de dîner avec Tamar Golan, la  correspondante de Maariv à Paris.

L’attentat, le premier contre des juifs depuis la Deuxième guerre mondiale, suscite une immense émotion. François Mitterrand, Premier secrétaire du PS et Jacques Chirac, maire de Paris viennent se recueillir sur place. Valéry Giscard d’Estaing, le président de la République reste lui à la chasse. Son Premier ministre, Raymond Barre, interrogé par TF1 déplore «  cet attentat odieux qui voulait frapper des Israélites qui se rendaient à la synagogue, et qui a frappé des Français innocents ». Le lendemain de l’attentat, plusieurs milliers de personnes défilent sur les Champs-Elysées. Ils seront 200 000  à manifester le 7 octobre.

L’attentat est revendiqué par un groupuscule d’extrême-droite. Mais la très longue enquête fait apparaître que cinq terroristes du Front populaire de libération de la Palestine-Opérations extérieures ont commis l’attentat. Le chef du commando, Hassan Diab est retrouvé à Ottawa où il enseigne la sociologie. Après plusieurs années de procédure, il est arrêté puis extradé en France en 2014. Mais il est libéré à quatre reprises par des juges qui estiment qu’il était peut-être à Beyrouth le 3 octobre 1980. A chaque fois le parquet fait appel. Les conclusions de l’enquête sont  publiées le 28 juillet dernier, 37 ans après l’attentat. La culpabilité d’Hassan Diab est attestée. Mais aucune date n’a été fixée pour le procès.

Powered by Edreams Factory