Default profile photo

22 Novembre 2017 | 4, Kislev 5778 | Mise à jour le 22/11/2017 à 12h06

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Israël

Des clowns qui sèment la terreur

Pennywise du film Ça et un faux clown dans le Sud d'Israël filmé par une caméra de surveillance (DR)

Après les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, l’Amérique du Sud, et l’Europe, dont la France, le phénomène des clowns terrifiants a gagné, ces dernières semaines, à l’aube d’Halloween, Israël. Une pratique qui inquiète les familles et mobilise les forces de sécurité.

De jeunes Israéliens grimés en clowns, visages poudrés de blanc ou masqués, souvent pourvus de couteaux et de haches factices, surgissent à la tombée de la nuit aux coins des rues et terrorisent les passants. Une pratique  inspirée du film Ça écrit par Stephen King dans lequel Pennywise, un clown maléfique cible et tue notamment des enfants. Bien sûr, comme l’a déclaré Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police israélienne, ces faux clowns entendent seulement faire peur et non véritablement nuire, mais les forces de sécurité ont décidé de faire preuve de tolérance zéro face à ce phénomène. Plusieurs passants, dont de nombreux enfants, ont déjà été agressés par des jeunes travestis et une fillette de 10 ans a même été aspergée de gaz lacrymogène à Beer-Sheva.

Dans tout autre pays, ces pratiques sont assimilées à de mauvais canulars et ne prêtent pas plus à conséquences. Mais en Israël, sous la perpétuelle menace des attaques à l’arme blanche perpétrés par des Palestiniens, la police craint que ces mauvaises plaisanteries ne tournent mal. Nombreux sont les civils à porter une arme et pourraient, pensant être victimes d’un attentat, en faire usage. A Beer-Sheva un mauvais plaisantin a d’ailleurs été légèrement blessé au couteau par un promeneur qu’il venait d’effrayer et qui croyait faire face à un terroriste. « Les opérations de police se poursuivront pour protéger les lieux publics et éviter d'autres incidents », a encore prévenu le porte-parole de la police. Quant au ministère de l’Éducation, également inquiet, il a donné consigne au corps enseignant d’être à l’écoute des élèves qui se plaindraient d’avoir été victimes de ces pitres plutôt pathétiques. 

Powered by Edreams Factory