Default profile photo

20 Novembre 2017 | 2, Kislev 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Culture/Télé

Une nuit, Ethan

Un thriller politique et social sur les clandestins en Israël.

Ayelet Gundar-Goshen est de retour avec une fresque sociale et politique. Après la création de l’Etat d’Israël, décor de son premier roman, c’est son engagement auprès des réfugiés qui sert de terreau à ce livre où la matière et l’environnement continuent à jouer un rôle majeur. Dans le désert, la poussière dépose ses pellicules poisseuses sur les habitants et sur le 4 x 4 du brillant Dr Ethan Green, exilé à Beer-Sheva après avoir menacé son supérieur de dénoncer des pots-de-vin. Quand, une nuit, le neurochirurgien percute un homme sur la route et qu’il constate que l’accidenté -un Erythréen ou un Soudanais- ne peut plus être secouru, il décide de s’enfuir. Le lendemain, la veuve de la victime se présente dans la villa du médecin : elle a vu la scène et trouvé son portefeuille. En échange de son silence, la belle Erythréenne ne réclame pas d’argent mais il devra soigner des clandestins dans un garage transformé en hôpital de fortune. Ce sont, dès lors, des files sans fin de plaies purulentes que le Dr Green doit panser, toucher, regarder. Et pour compliquer le tout, c’est à son épouse Liath qu’est confié le dossier. L’enquête de la séduisante policière piétine, tout autant que sa vie amoureuse, chamboulée par l’attitude fuyante de son mari troublé par la mystérieuse Africaine. Les nombreux rebondissements qui font sursauter l’histoire peuvent parfois laisser penser que l’auteure, aujourd’hui scénariste, a succombé à la nécessité d’une intrigue bien ficelée. Ce serait oublier qu’Ayelet Gundar-Goshen est diplômée de psychologie clinique.  En clinicienne experte, son objectif est de sonder la complexité et les contradictions de nos cerveaux et de révéler le confortable processus d’habituation qui occulte les réalités dérangeantes sans pouvoir toujours les éviter. Sans doute est-ce là sa façon d’essayer de réveiller le lion qui est en nous.

Ayelet Gunder-Goshen, « Réveiller les lions », Presses de la Cité, 416 pages, 22,50 euros

Powered by Edreams Factory